Vol. 3, No. 1, - Décembre 2017

Menu Le magazine électronique du Réseau ÉTS,
l'association des diplômés de l'École de technologie supérieure
Publicité latérale
Chroniques

La science, c’est comme faire l’amour…

 0

Par Michèle Cyr-Lemieux, Academos

La science, c’est comme faire l’amour…parfois quelque chose d’utile en sort, mais ce n’est pas la raison pour laquelle nous le faisons (Richard Feynman).

Tout, ou à peu près, est issu des sciences dans notre environnement immédiat : la solidité des ponts, de la physique; les tissus synthétiques, de la chimie; nos téléphones intelligents, de l’électronique et les applications, de l’informatique. Sans mathématique et sans physique, pas d’exploration de la planète Mars. Grâce à la génomique, peut-être arriverons-nous bientôt à soigner le cancer.

Avec autant de sujets trippants, il est tout de même étonnant qu’année après année, on constate qu’un nombre insuffisant de jeunes choisissent des métiers et professions reliés aux sciences. Le Québec est actuellement en déficit de ces personnes qui font partie de l’économie du savoir.

Pourtant, ce n’est pas faute d’offrir des activités et de l’information aux jeunes. Pensez aux Expo Sciences, au Festival Eureka, aux émissions comme Génial! ou encore aux nombreux concours, comme Science on tourne. Posez-vous d’ailleurs la question : qu’est-ce qui vous a poussé à vous tourner vers les sciences?

Parler des sciences autrement

En fait, chez Academos, nous croyons que si peu de monde choisit de suivre les traces d’Alan Turing ou de Chris Hadfield, ce n’est pas parce qu’on ne parle pas assez du domaine des sciences, mais plutôt parce qu’on l’aborde de la mauvaise façon. Souvent, on lance des statistiques-chocs sur les taux de placement, les excellentes perspectives d’avenir des secteurs qui y sont rattachés, on évoque des métiers hors du commun. Si bien que les sciences sont jugées inaccessibles pour beaucoup d’étudiants.

Briser les clichés

Cette année, nous avons lancé, grâce à l’appui du programme NovaScience, du Ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, une campagne visant utiliser le pouvoir du mentorat pour démystifier les métiers reliés aux sciences et technologies et ainsi susciter des vocations. Pour y arriver, nous nous sommes donné le mandat de déconstruire le mythe associant la routine aux sciences, ce qui a donné la campagne Pas de temps morts. Nous avons ainsi produit plusieurs courts vidéos où des étudiants et des professionnels du génie nous parlent de leur passion et de la manière dont les sciences ont changé leur vie. On aime particulièrement la vidéo mettant en vedette la charmante Alexie Lebreux Gagnon du Club RockETS, qui a choisi d’abandonner ses études en communication pour se consacrer au programme de génie mécanique à l’ÉTS.

 

Résultat : des centaines de milliers de vues et des quantités astronomiques de partage.

Votre histoire vaut bien mieux que n’importe quelle statistique

Pour inciter la relève à s’investir en sciences, ne leur parlez pas des sciences! Parlez-leur de votre passion, de la flamme qui vous anime, de ce qui vous a motivé à étudier à l’ÉTS, de votre travail, etc.

Et tant qu’à faire, faites donc un tour sur Academos! Vous pourrez ainsi partager votre passion, via notre plateforme, à des milliers de jeunes, partout au Québec.