Vol. 3, No. 1, - Décembre 2017

Menu Le magazine électronique du Réseau ÉTS,
l'association des diplômés de l'École de technologie supérieure
Portraits

La clé du succès est de s’entourer de gens qui sont meilleurs que soi. Mon rôle, en tant que leader, est d’imprimer ma vision.

Martin McNicoll : aider à grandir

 0

Par Brïte Pauchet, journaliste pigiste

Martin McNicoll bâtit des liens comme d’autres créent des maisons. Depuis plus de 10 ans, il partage son expertise et sa vision auprès de chaque personne qu’il rencontre. Son entreprise, GURUS Solutions, vend des progiciels de gestion intégrée, mieux connus sous leur acronyme ERP, pour Enterprise Resource Planning. Ces progiciels permettent aux entreprises de rassembler, en une même base de données, toutes les informations dont elles ont besoin pour gérer la production, la vente, les ressources humaines ou la comptabilité. Un gage de simplicité.

La grande innovation de M. McNicoll fut, dès 2004, de miser sur l’infonuagique (le Cloud). Le système de gestion d’entreprise devient un service au lieu d’être une installation lourde, nécessitant plusieurs machines pour conserver et traiter les données. Désormais libre de l’infrastructure, le client peut se consacrer à ce qu’il fait de mieux : la vente et le développement de produits.

Pour réaliser un tel mandat, M. McNicoll ne compte pas seulement sur sa connaissance des systèmes : « La clé du succès est de s’entourer de gens qui sont meilleurs que soi. Mon rôle, en tant que leader, est d’imprimer ma vision. » Une vision toute collaborative, quelle que soit la lentille avec laquelle on scrute son entreprise.

Connaissance des systèmes… d’affaires

Rien ne prédestinait M. McNicoll à la vente de services d’ERP. Adolescent, il se voyait technicien en contrôle électronique dans les raffineries. Au cours de son DEC, le collège Ahuntsic reçoit la visite de recruteurs de l’ÉTS. Découvrant là un horizon insoupçonné de possibilités, sa curiosité s’allume. Il mise sur un baccalauréat en génie de la production automatisée. L’approche de l’ÉTS, alliant connaissances théoriques et applications pratiques, le comble.

On reste loin de la gestion intégrée des entreprises, me direz-vous. Selon l’expert, pas du tout : « La connaissance des systèmes [électroniques ou robotiques] se transpose à 100 % dans les systèmes d’affaires. »

En effet, poursuit M. McNicoll : « En production automatisée, on fait interagir une caméra et un convoyeur avec un robot qui attrape le produit quand il se trouve exactement à l’endroit voulu. Comme chaque composante a son propre système, il faut programmer un ordinateur pour gérer leurs communications. Je fais la même chose aujourd’hui : je crée des ponts. La seule différence, c’est que ce sont des systèmes d’affaires qui se parlent entre eux, et non des robots. »

Simple, direz-vous ? Oui et non. Les clients de GURUS sont des entreprises de cent à plusieurs milliers d’employés. Derrière chaque processus, il y a un système; derrière chaque système, un être humain. « Dans une entreprise, raconte M. McNicoll, chaque département a sa propre culture. Les ventes ne pensent pas comme la production. Le service à la clientèle ne fonctionne pas comme les ressources humaines. Pour que chacun se parle, il faut comprendre leur langage propre. Notre rôle est de créer un mode de fonctionnement plus efficace. La programmation vient après; ce n’est pas l’outil le plus important. »

Ainsi, GURUS Solutions offre avant tout de l’écoute. « Tout le monde doit comprendre les enjeux des clients », précise le chef d’entreprise. Son leitmotiv : stimuler la croissance de ses clients grâce aux technologies infonuagiques.

Mais également aider ses propres employés à grandir. Martin McNicoll prône une culture de partage. Il considère ses employés — ou ses consultants, comme il les appelle — comme des atouts. Des atouts indispensables au bon fonctionnement de son entreprise. « On ne peut pas faire semblant. Les gens ont le choix. Il est de notre responsabilité de leur offrir un environnement créatif et stimulant. »

Cette culture ouverte se manifeste dans l’architecture des locaux. Bureaux ouverts, espaces conviviaux, baies vitrées favorisant la pénétration de la lumière. En lieu et place de la traditionnelle salle à manger, un pub aux boiseries dorées. Sur une table haute, dans un panier de fruits, des bananes et des oranges font un pied de nez à l’hiver. En face, un long babillard affiche les pensées et les coups de cœur des employés. Quand on lève un petit peu la tête, on voit qu’il est surmonté de cinq personnalités. Celles-ci assènent une phrase-choc illustrant la vision de l’entreprise. À côté d’Henry Ford : « Excellence is the sum of knowledge, action and habit », la Tortue-Ninja Leonardo dévoile un super-pouvoir caché en nous : « Teamwork is the only superpower you ever need ».

Cultiver l’esprit d’équipe

La grande majorité des clients de GURUS Solutions sont localisés aux États-Unis; une bonne partie de l’équipe de vente aussi. De ses bureaux de Montréal, Martin McNicoll insiste sur la nécessité de créer un esprit d’équipe fort. Il veut favoriser, par tous les moyens, ce sentiment d’appartenance si particulier, y compris auprès des consultants qui travaillent loin du Québec. Comme pour les autres pans de l’entreprise, la technologie est la clé. Téléphonie par internet et vidéoconférences font partie de la culture de son entreprise et bénéficient à tous, incluant les adeptes du télétravail : « Le monde du travail et la vie personnelle sont de plus en plus liés. Aujourd’hui, c’est tellement facile d’être connecté. On a la même interaction, que l’on travaille de la maison ou du bureau. »

Toutes ces valeurs sont importantes aux yeux des employés de GURUS Solutions, des trentenaires pour la plus grande partie. Transparence, conciliation travail-famille, Martin McNicoll gâte ses employés. De 95 aujourd’hui, ils devraient totaliser les 300 en 2020. Une croissance phénoménale quand on sait que l’ingénieur a, comme n’importe quel jeune entrepreneur, commencé tout seul dans son sous-sol.

En bon chef d’orchestre, Martin McNicoll sait attirer les talents. Il accueille d’ailleurs nombre d’étudiants de l’ÉTS lors de stages (une manière, selon lui, de rendre à son alma mater). Et, parmi ses consultants, se compte un grand nombre de diplômés de l’université. Certains travaillent de nombreuses années dans l’entreprise. D’autres la quittent plus tôt, en quête de nouveaux défis.

Là encore, Martin McNicoll poursuit son travail de bâtisseur : il accompagne ses bientôt ex-employés gorgés de génie dans leurs démarches afin de les aider à grandir.