Vol. 3, No. 1, - Décembre 2017

Menu Le magazine électronique du Réseau ÉTS,
l'association des diplômés de l'École de technologie supérieure

L'investissement responsable peut générer une réelle valeur ajoutée à long terme pour les investisseurs, en contribuant à la gestion du risque de placement, tant sur les plans environnemental, de responsabilité sociale que de gouvernance.

Chroniques

L'investissement responsable peut générer une réelle valeur ajoutée à long terme pour les investisseurs, en contribuant à la gestion du risque de placement, tant sur les plans environnemental, de responsabilité sociale que de gouvernance.

L’investissement responsable

 0

Facteur de changement réel et actuel

Par Services d'investissements Férique

L’investissement responsable (IR) est une approche de gestion des risques extrafinanciers de plus en plus présente dans le monde. Au Canada, les actifs touchés par l’IR sont passés de 589 à 945 milliards de dollars entre 2012 et 2014, ce qui représente une croissance de 61 % sur deux ans [1].

L’IR peut générer une réelle valeur ajoutée à long terme pour les investisseurs, en contribuant à la gestion du risque de placement, tant sur les plans environnemental, de responsabilité sociale que de gouvernance. Parmi les enjeux de gouvernance, en voici quelques-uns qui risquent de faire l’objet de débats très prochainement [2]

Rémunération des dirigeants d’entreprise

Sujet récurrent depuis quelques années, la rémunération des dirigeants de certaines sociétés est jugée excessive. Plusieurs actionnaires souhaitent que les mesures d’évaluation de la rémunération des chefs d’entreprise soient divulguées. D’autres proposent que le ratio entre la rémunération de ces derniers et celle des employés (ratio d’équité interne) soit utilisé pour limiter le salaire des dirigeants.

La Security and Exchange Commission (SEC) pourrait instaurer prochainement une règle forçant les compagnies américaines à faire la divulgation de nouvelles données sur la rémunération, dont le ratio d’équité interne.

Attribution d’options d’achat

En plus de contribuer au problème de rémunération des chefs d’entreprise, l’attribution d’options aux dirigeants représente un sérieux risque de gouvernance. Cette forme de rétribution peut entraîner la prise de décisions plus risquées ou davantage axées sur les objectifs à court terme afin de faire hausser rapidement la valeur des actions.

Bon nombre d’entreprises canadiennes pourraient faire l’objet de propositions d’actionnaires visant l’élimination graduelle de cette pratique.

Compétences des administrateurs

De plus en plus d’actionnaires doutent de la capacité des administrateurs à considérer les enjeux environnementaux, de responsabilité sociale et de gestion des risques dans leurs décisions à long terme. Ils proposent donc d’intégrer aux conseils d’administration un certain nombre de membres dotés de cette expertise.

Au total cette année, une dizaine d’entreprises pourraient être ciblées au Canada par des propositions d’actionnaires en ce sens. La présence d’administrateurs qualifiés dans ces domaines pourrait devenir une norme.

Élections contestées

S’ils s’opposent à certains aspects de la gouvernance d’une entreprise, des actionnaires peuvent exiger des changements à son conseil d’administration. Ils peuvent chercher à faire élire leurs propres candidats ou à obtenir un siège afin d’avoir plus de pouvoir sur l’entreprise.

Pour de plus en plus de sociétés, l’élection des administrateurs mène à une course aux procurations (proxy fight). Les opposants cherchent alors à regrouper les procurations d’un maximum d’actionnaires afin de faire élire les candidats de leur choix. En 2014, plus du tiers des sociétés canadiennes ont adopté une politique de préavis sur la nomination des administrateurs afin de mieux encadrer l’exercice du vote dans ce contexte.

Les enjeux débattus sur la scène de l’investissement responsable sont nombreux. Comme les actifs sous l’influence de cette approche sont grandissants, il s’agit d’un levier de changement de plus en plus important, à la fois pour encourager les meilleures pratiques d’entreprise et pour créer une valeur à long terme pour les investisseurs.

[1] Source : Global Sustainable Investment Alliance (GSIA), Global Sustainable Investment Review 2014.

[2] Problématiques tirées du rapport Enjeux sociaux, environnementaux et de gouvernance d’entreprise 2015, développé par le Groupe investissement responsable.