Vol. 2, No. 2, - Décembre 2016

Menu Le magazine électronique du Réseau ÉTS,
l'association des diplômés de l'École de technologie supérieure
Portraits

Dans ses rêves les plus fous, Jean-François se voit bâtir des projets rassembleurs où il implante des technologies moins émissives.

Jean-François Thibault, un ingénieur tourné vers l’avenir

 0

Ambassadeur Relève ÉTS 2016

Par Brigitte Boucher, ÉTS

Jean-François Thibault est un ingénieur hors norme. Bien que ses choix peuvent sembler conventionnels (il a toujours été bon à l’école, avec de bonnes notes, aime la physique et a fait son entrée à l’ÉTS par le biais d’un DEC technique – le chemin le plus traditionnel qui soit), il suffit de peu pour comprendre qu’on a affaire à quelqu’un d’extraordinaire. Diplômé au baccalauréat en génie électrique 2015, il est Ambassadeur Relève ÉTS 2016.

Jean-François Thibault, Ambassadeur Relève ÉTS 2016, entouré de ses parents

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-François Thibault, Ambassadeur Relève ÉTS 2016, entouré de ses parents

Premier (et seul) ingénieur dans sa famille, Jean-François est également le premier à faire des études universitaires. Âgé d’à peine 25 ans, il s’est déjà forgé une excellente réputation en tant que consultant en énergie. Sans avoir prémédité cette orientation de carrière, il s’y retrouve comme un poisson dans l’eau. Il faut dire qu’à la fin de son baccalauréat, en pleine crise de l’énergie, il s’est trouvé sur le marché du travail en même temps que plusieurs personnes expérimentées, victimes de mises à pied massives dans le domaine, partout au Canada. Jean-François a vite compris qu’il serait plus facile de solliciter des mandats en entreprises plutôt qu’un emploi, et il y a rapidement développé une niche enviable. Jean-François a le don de voir les choses autrement, de trouver des solutions, là où les autres ne voient que des problèmes. Aujourd’hui à l’emploi de KoCos Canada, il conserve la même vision, la même passion qui le pousse à aller toujours plus loin.

Particulièrement doué pour le développement des affaires, il a bien conscience d’être privilégié pour son jeune âge. Avec une attirance (et une aisance), tant pour la gestion que les sciences appliquées, il a eu la chance de rencontrer des gens qui ont bien saisi sa différence et y ont vu un atout. Selon lui, la façon dont on utilise nos talents est directement liée à nos valeurs. Les choix de Jean-François, tant professionnels que personnels, sont donc dictés par ses valeurs. « On hérite d’une société à laquelle on tente d’apporter de la valeur parce qu’ultimement, elle va nous survivre », dit-il avec conviction. Jean-François est fasciné par la gestion des parties prenantes et cherche constamment à comprendre ce qui a de la valeur pour les gens, à l’intérieur d’un projet donné, pour rendre celui-ci plus rassembleur.

Il admet sans gêne son côté « promoteur », il est un développeur né. Parce que le monde change, Jean-François est d’avis que les organisations doivent se tourner vers l’extérieur, vers l’autre, et ouvrir le canal de communication dans les deux sens. Intuitif et très connecté à son monde, Jean-François cherche la cohérence dans tout ce qu’il fait et refuse les idées reçues. Pas étonnant, donc, qu’il ait choisi le domaine de l’énergie, un sujet qui déclenche souvent les passions.

Jean-François souhaite cultiver ce qui le rend unique. Lorsqu’on lui demande s’il a un mentor, il répond qu’il admire des gens pour leur intelligence et la pertinence de leurs propos, mais il ne souhaite ressembler à personne. Il cherche tout simplement à mieux comprendre sa vocation, sa mission sur terre. Bien conscient que « l’ingénieur » a une image forte, il refuse de se conformer à un archétype.

Dans ses rêves les plus fous, Jean-François se voit bâtir des projets rassembleurs où il implante des technologies moins émissives. Il est bien conscient de la résistance naturelle au changement de la plupart des gens, mais il croit que nous devrons accepter, tôt ou tard, de changer nos modes de vie. « Humans are bright. On va réussir », lance-t-il.

Lorsque ses proches ont appris sa nomination à titre d’Ambassadeur Relève ÉTS 2016, ils ont bien entendu été heureux, sans être surpris. Le sentiment d’appartenance de Jean-François envers l’ÉTS est bien réel et il dit que son lien affectif est fort. Pour son entourage, il s’agit tout simplement d’une reconnaissance bien méritée. Pas de doute, Jean-François sera un Ambassadeur crédible, avec un fort potentiel.